mardi 14 mars 2017

[Chronique] Phobos tome 1 de Victor Dixen






Titre : Phobos

Auteur : Victor DIXEN

Genre : Science-fiction

Thèmes abordés : conquête de l'espace, télé-réalité, speed-dating

Année de parution : 2015








Résumé

SIX PRÉTENDANTES. SIX PRÉTENDANTS. SIX MINUTES POUR SE RENCONTRER. L’ÉTERNITÉ POUR S'AIMER.

ILS VEULENT MARQUER L'HISTOIRE AVEC UN GRAND H.
Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d'un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l'émission de speed-dating la plus folle de l'Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

ELLE VEUT TROUVER L'AMOUR AVEC UN GRAND A.
Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l'une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l'amour. Elle a signé pour un aller sans retour...

MÊME SI LE RÊVE VIRE AU CAUCHEMAR, IL EST TROP TARD POUR REGRETTER.

 ~~~~
Mon avis 

Quel Régal !!!!
J'avais été un peu refroidie par mes dernières expériences de "YA" qui m'avaient un peu déçu (je pense notamment à Partials, les 100, Delirium...), j'en desepérais de retrouver le plaisir, voire le frisson que j'ai ressenti en lisant entre autres Labyrinthe, Divergent, La Fournaise, etc...
Phobos est une série dont j'entends beaucoup parler et le fait qu'elle soit au programme de 2 de mes clubs lecture m'a donné la motivation de sauter le pas. Et je l'ai retrouvé ce frisson :)

Nous sommes ici dans un futur proche, l'humanité souhaite coloniser mars et lance dans l'espace, pour ce faire, 6 jeunes garçons et 6 jeunes filles. Durant le voyage qui sépare la Terre de la planète Rouge, il devront faire connaissance, par le biais de speed-dating d'une durée de 6 minutes. A l'arrivée sur mars, les couples se formeront et ils auront la lourde mission de créer une colonie.
Bien sûr, tout est filmé en live et pendant les 6 mois que dure le voyage ils sont filmés 24h/24 et retransmis à la télévision.

L'auteur à partagé ses chapitres selon que ce qui se passe est dans le champ, en contrechamp ou hors caméra. Nous suivons exclusivement ce qui se passe du côté des filles et principalement Léonor, la narratrice.
D'aucun pourraient trouver que les premiers chapitres tirent en longueur : mise en place des personnages, de l'intrigue...mais je l'ai trouvé très plaisante à lire et nous savons très tôt dans l'histoire quels sont les enjeux et ce que risquent les 12 astronautes en herbe.
Je n'ai eu aucune difficulté à entrer dans l'univers a m'imaginer dans ce vaisseau, au fin fond de l'espace, avec une gravité limitée, l'auteur à vraiment bien rendu l'ambiance.
La fin est un véritable coup de théâtre. Heureusement que j'ai le tome 2 dans ma PàL, je n'aurai pas pu attendre bien longtemps pour connaitre la suite de ces événements.
J'ai d'ailleurs lamentablement lache Jane Eyre pour retourner dans Phobos 2. je DOIS finir cette saga.
Bref ; je m'évade totalement avec cette trilogie SF

 ~~~~

Incipit

Marquez l’Histoire avec un grand H
En rachetant la Nasa et tout son équipement au gouvernement surendetté des États-Unis, le fonds d’investissement multinational Atlas Capital a décidé de mettre un coup d’accélérateur à la conquête spatiale. Comment ? Grâce à l’argent de la publicité… et à vous ! Le programme Genesis, c’est à la fois un projet spatial unique et une émission de divertissement jamais vue, la première tentative de colonisation de Mars et le plus grand show de l’Histoire. Vous pouvez en faire partie !

Trouvez l’Amour avec un grand A
Tous les jeunes Terriens au sommet de leur fertilité sont invités à postuler au programme Genesis. Les six prétendants et les six prétendantes sélectionnés feront connaissance lors du voyage en aller simple vers la planète rouge, sur laquelle ils fonderont leur famille. Ils auront cinq mois pour se séduire et choisir le partenaire avec qui enfanter. En échange de cette aventure unique, ils autorisent les caméras embarquées à retransmettre leurs séances de speed-dating dans l’espace et chaque instant du reste de leur vie sur Mars, 24 heures sur 24.





Et Comme d'habitude chez Karine Giébel, la fin est tout sauf positive.
Tout le monde meure.
Les vrais gros énormes méchants s'en sortent sans une éclaboussure
Je crois que c'est ce qui me déroute le plus : il n'y a finalement aucun morale. Ainsi va la vie....C"est ce qui rend crédible ces romans...pas de happy end...comme dans la vraie vie...
Les pourris s'en sortent toujours. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire