dimanche 23 octobre 2016

[Chronique] Harry Potter et l'enfant maudit de J.Thorne, J.K Rowling et J.Tiffany






Titre : Harry Potter et l'enfant maudit

Auteurs : Jack THORNE / John TIFFANY / J.K ROWLING

Genre : Pièce de théâtre en 4 actes

Thèmes abordés : voyage dans le temps, relation père/fils

Année de parution : 2016







Résumé 

Etre Harry Potter n'a jamais été facile et ne l'est pas davantage depuis qu'il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d'un héritage familial dont il n'a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus

~~~~

Mon avis (attention spoil)

L'histoire d'Harry Potter et l'enfant Maudit prend place dès la seconde ou se termine le volume 7 de la saga : Harry Potter et les reliques de la Mort. Nous retrouvons donc Hermione, Ron, Harry, Ginny et leurs enfants. 20 ans après la fin de Voldemort.
L'histoire s'articule autour d'Albus, le 2e fils d'Harry Potter et de son meilleur ami, Scorpius, le fils de Drago Malefoy. et ce sont les relations pères/fils qu'on retrouve en filigrane de cette histoire.

Ça a été un plaisir intense que de retrouver l'univers d'Harry Potter. Même si le genre théâtral peut rebuter certaines personnes, je l'ai trouvé très agréable à lire. Evidemment nous ne pouvons pas retrouver les détails propres aux romans et on sent les limites propres au théâtre mais elles ne sont en aucun cas gênantes, si ce n'est que c'est forcément trop court ;) (la pièce dure quand même 4h30 grosso modo).

Les personnages
Je comprends volontiers la déception de certaines personnes convernant le trio de notre enfance : Si je trouve qu'Harry est relativement bien représenté, Ron est devenu un véritable clown, un peu beauf et Hermione n'a plus cette vivacité d'esprit qu'on lui connait. C'est clairement une déception.
Albus et Scorpius sont, quat à eux vraiment bien rendus.
Scorpius est d'une gentillesse et d'une loyauté sans faille.
Albus, est tourmenté par ses origines, par le lourd poids de porter le nom de son père et le prénom de 2 grands sorciers

L'histoire
J'ai beaucoup aimé l'idée : Retrouver un retourneur de temps (même si d'aucuns y voient une incohérence majeure puisqu'ils sont tous censés avoir été détruits) et replonger dans le 4e opus (La coupe de feu) dans le but de sauver Cédric Diggory. Et chaque retour dans le présent montre à quel point le moindre changement dans le passé pourrait avoir des répercussions considérables et insoupçonnées dans le futur.
Je n'ai jamais perdu de vue que j'étais dans une pièce de théâtre et je n'ai pas cessé de me demander comment tel ou tel passage a pu être rendu sur scène. J'imagine que c'est une pièce qui visuellement doit vraiment donner quelque chose d'impressionnant.

En bref, mis à part les personnages d'Hermione et de Ron, je n'ai pas du tout été déçue, je l'ai lu avec un réel plaisir et j'ai replongé dans cet univer avec délectation.

 ~~~~


Incipit
La gare est bondée et plongée dans une grande agitation. L’endroit déborde d’une foule de gens qui essayent tous d’aller quelque part. Au milieu de ce tohu-bohu, bouillonnant et tourbillonnant, deux grandes cages bringuebalent sur des chariots surchargés de bagages, poussés par deux jeunes garçons : JAMES POTTER et ALBUS POTTER. Ils sont suivis de GINNY, leur mère. Un homme de trente-sept ans, HARRY, porte sa fille, LILY, sur ses épaules.

La troupe : Ron, Hermione, Rose, Harry, Albus, Ginny, Drago, Scorpius



Et Comme d'habitude chez Karine Giébel, la fin est tout sauf positive.
Tout le monde meure.
Les vrais gros énormes méchants s'en sortent sans une éclaboussure
Je crois que c'est ce qui me déroute le plus : il n'y a finalement aucun morale. Ainsi va la vie....C"est ce qui rend crédible ces romans...pas de happy end...comme dans la vraie vie...
Les pourris s'en sortent toujours. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire