samedi 20 août 2016

[Chronique] Meutres pour rédemption






Titre : Meurtres pour rédemption 

Auteur : Karine GIEBEL

Genre : thriller psychologique

Thèmes abordés : univers carcéral

Année de parution : 2006

Nombre de pages : 988 pages







Résumé 

Si jeune, Marianne devrait être insouciante et rêver à l'avenir, des projets plein la tête. Mais son seul rêve, c'est la liberté. Car Marianne est en prison. Perpétuité pour cette meurtrière. Indomptable, incapable de maîtriser la violence qui est en elle, Marianne refuse de se soumettre, de se laisser briser par l'univers carcéral sans pitié où elle affronte la haine, les brimades, les coups, les humiliations. La tête haute, toujours. Elle s'évade parfois, grâce à la drogue qu'elle paye en nature, grâce aux romans qu'on lui laisse lire, grâce à ses souvenirs aussi. Grâce au bruit des trains, véritable invitation au voyage. Elle finit par apprendre l'amitié, la solidarité, et même... la passion. Mais sans aucun espoir de fuir cet enfer, hormis dans ses rêves les plus fous. Et puis un jour, l'inimaginable se produit. Une porte s'ouvre au parloir. Trois hommes, trois flics lui proposent un odieux marché, lui offrant une possibilité de quitter ce purgatoire. Mais en échange de sa liberté elle devra tuer pour eux. Des derniers meurtres à commettre… pour rédemption.

Mon avis

Mais quelle claque !!!

Dans ce roman, on suit Marianne, 21 ans, qui a été condamnée à perpétuité. Aucun espoir de sortie.
On découvre, par son biais, la vie carcérale et c'est un véritable choc. J'ai passé ma lecture à me dire qu'il n'était pas possible que de tels conditions de détention puissent exister. Et pourtant....
Marianne n'est pas autorisée à travailler, de fait, elle ne peut pas cantiner. Alors forcément, pour des clopes et de l'héroïne elle vend la seule chose qui lui appartient : son corps...
Elle se fait tabasser, humilier...On a beau savoir qu'elle mérite sa place en prison, on ne peut s'empêcher de compatir à sa situation.
Heureusement, elle peut compte sur quelques amis, tant du côté des co-détenus que du côté des matons.
Un jour, elle "a un parloir", 3 flics lui proposent la liberté...mais cette liberté à un prix a payer...


Dans "Meurtres pour rédemption", on découvre que parfois, les méchants ne sont pas forcément du bon côté des barreaux...
Tous les sentiments humains sont développés dans ce roman : le désespoir, la colère, la haine, l'ennuie, la folie, la peur, le chagrin....mais aussi l'amour, l'amitié, l'espoir, la confiance, la tendresse, l'humour....
C'est un titre qui ne laisse pas indifférent, le genre d'histoire qui secoue, dont on ne ressort pas indemne.


Spoiler :
Et Comme d'habitude chez Karine Giébel, la fin est tout sauf positive.
Tout le monde meure.
Les vrais gros énormes méchants s'en sortent sans une éclaboussure
Je crois que c'est ce qui me déroute le plus : il n'y a finalement aucun morale. Ainsi va la vie....C"est ce qui rend crédible ces romans...pas de happy end...comme dans la vraie vie...
Les pourris s'en sortent toujours. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire