mercredi 8 juin 2016

Les acquisitions de la semaine

Cette semaine, je suis allée à la librairie, et j'ai acheté 3 petits romans dont 2 me faisaient de l'oeil depuis un moment et le 3e....c'est un chat impulsif ;)



Le ciel est immense me faisait envie juste pour sa couverture que je trouve toute jolie. Le titre me plaisait beaucoup également.


Puis j'ai tourné le livre et j'ai lu ce résumé :
Elle a échoué à l'hôtel de la Plage comme portée par le dernière marée. Et le ressac l'a laissé là, coquille vide.
Souffrir, c'est vivre encore, peut-être. Cette vie-là, elle n'en veut plus. Partir dur une dernière peine de cœur, prisonnière de ses non-dits, de ses pudeurs. 
Mais voilà qu'un gamin la surprend dans sa dernière intimité. Tout est à refaire. Chaque jour, il revient, ce Petit Prince qui l'apprivoise. Ses questions l'obligent, malgré elle, à revisiter sa vie. Et avec lui, passe l'envie. Ou plutôt revient. 
L'envie de peindre un soleil couchant  sur la surface même de l'océan. L'envie du bonheur....

Je ne pouvais pas passer à côté du Roman de Boddah. J'étais une fan inconditionnelle et totalement amoureuse de Kurt Cobain...Je compte bien faire un voyage dans mon adolescence à travers cette lecture. 

D’ordinaire les amis imaginaires s’éteignent de mort naturelle, peu à peu négligés par ceux qui les ont inventés. Pas Boddah. Pendant les vingt-sept années de sa courte vie, Kurt Cobain n’a jamais cessé de s’adresser à son double. Du coup de foudre entre l’icône grunge et Courtney Love à leur mariage à Honolulu au milieu des touristes obèses ; des tournées triomphales aux soirs de doute, Boddah a tout vu et tout entendu. Il tenait tête à Kurt quand il le fallait, osait le critiquer, tentait même de lui faire prendre conscience des réalités ! Dès lors, qui mieux que Boddah pouvait retracer le parcours de cette météorite trash que fut le chanteur de Nirvana, entre musique, héroïne et amour fou ? 
Mêlant scènes réelles et imaginaires, conversations authentiques et dialogues inventés, Le roman de Boddah s’offre un narrateur omniscient d’un genre nouveau, témoin, confident, bonne et mauvaise conscience, Jiminy Cricket au milieu des guitares cassées.



3e et dernier achat du jour : Un hiver à Paris. Il s'agit là d'un achat coup de tête, le résumé me tentait et je voulais prendre un 3e livre ;)


C'est l'heure du retour de vacances. Dans le courrier en souffrance, une lettre attend Victor, professeur d'anglais depuis vingt ans. Ce qu'elle contient va raviver un souvenir enfoui.
Septembre 1984, Victor est à Paris pour sa deuxième année de Prépa. Il travaille beaucoup, a peu, voire pas d'amis, la compétition est de toute façon cruelle. Un jour de cours comme un autre, dans la classe d'en face, on entend une insulte, une porte qui claque, quelques secondes de silence, un bruit mat, le hurlement e la bibliothécaire. Matthieu a sauté. La pression, le sentiment de transparence, la solitude ? Qu'importe. Rien ne sera plus jamais comme avant...

En lecture numérique, j'ai été sage cette semaine puisque j'ai fait l'acquisition que d'un seul livre. Mais pas des moindres : Le Coma des Mortels

Qui est Pierre ? Et d’ailleurs, se nomme-t-il vraiment Pierre ? Un rêveur ? Un affabulateur ? Un assassin ? Une chose est certaine, on meurt beaucoup autour de lui. Et rarement de mort naturelle.


Et vous, ça donne quoi vos acquisitions de la semaine ? 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire