samedi 9 avril 2016

[Chronique] La fille de Brooklyn de Guillaume Musso






Titre : La fille de Brooklyn

Auteur : G. MUSSO

Genre : Thriller 

Thèmes abordés : secret, kidnapping

Année de parution : 2016

Nombre de pages : 470 pages








Résumé 


Je me souviens très bien de cet instant. Nous étions face à la mer.
 L’horizon scintillait. C’est là qu’Anna m’a demandé : « Si j’avais commis le pire, m’aimerais-tu malgré tout ? »
 Vous auriez répondu quoi, vous ?
 Anna était la femme de ma vie. Nous devions nous marier dans trois semaines. Bien sûr que je l’aimerais quoi qu’elle ait pu faire.
 Du moins, c’est ce que je croyais, mais elle a fouillé dans son sac d’une main fébrile, et m’a tendu une photo.
 – C’est moi qui ai fait ça.
 Abasourdi, j’ai contemplé son secret et j’ai su que nos vies venaient de basculer pour toujours. Sous le choc, je me suis levé et je suis parti sans un mot.
Lorsque je suis revenu, il était trop tard : Anna avait disparu.
 Et depuis, je la cherche.


Mon avis 

La scène décrite en Quatrième de couverture résume tout à fait le premier chapitre.
Nous découvrons rapidement le contenu de la fameuse photo et là, je me suis dit : "Quoi ? Il voit ça et il part sans un mot, sans demander une explication ou le moindre détail ?" Ça m'a semblé totalement improbable. Et j'ai passé ma lecture, gâchée par ce premier sentiment. Le point de départ de toute l'intrigue m'a semblé complètement boiteuse.

L'intrigue en soi était plutôt sympa, les recoupements entre les personnages assez surprenants mais j'ai trouvé que Musso avait fait des raccourcis un peu grossiers et certains choix me semblent tellement incohérents... Je n'ai pas été emballé. Je n'ai jamais craint pour la vie d'Anna. Je n'ai pas frémi, je n'ai pas été spécialement curieuse de la fin qui d'ailleurs ne m'a pas emballé. Le suspense est quasi inexistant. D'ailleurs, le fait d'avoir mis 6 jours pour le lire est assez symptomatique : je ne suis pas entrée dans l'histoire.


Je dois reconnaître qu'il s'agit là de ma première (et j'espère seule) déception de Musso.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire