mardi 9 février 2016

[Chronique] En finir avec Eddy Bellegueule d'Edouard Louis






Titre : En finir avec Eddy Bellegueule

Auteur : Edouard LOUIS

Genre : Autobiograhique

Thèmes abordés : pauvreté, homosexualité, homophobie

Année de parution : 2014

Nombre de pages : 224 pages

Récompense : Prix Goncourt du premier roman




Résumé 

"Je suis parti en courant, tout à coup. Juste le temps d'entendre ma mère dire Qu'est-ce qui fait le débile là ? Je ne voulais pas rester à leur côté, je refusais de partager ce moment avec eux. J'étais déjà loin, je n'appartenais plus à leur monde désormais, la lettre le disait. Je suis allé dans les champs et j'ai marché une bonne partie de la nuit, la fraîcheur du Nord, les chemins de terre, l'odeur de colza, très forte à ce moment de l'année. Toute la nuit fut consacrée à l'élaboration de ma nouvelle vie loin d'ici."

En vérité, l'insurrection contre mes parents, contre la pauvreté, contre ma classe sociale, son racisme, sa violence, ses habitudes, n'a été que seconde. Car avant de m'insurger contre le monde de mon enfance, c'est le monde de mon enfance qui s'est insurgé contre moi. Très vite j'ai été pour ma famille et les autres une source de honte, et même de dégoût. Je n'ai pas eu d'autre choix que de prendre la fuite. Ce livre est une tentative pour comprendre.


Mon avis 

Dans ce titre, Edouard Louis évoque son enfance et son adolescence dans la fin des années 90 et les début des années 2000 dans un milieu social défavorisé.
Efféminé, se sachant homosexuel très tôt, il souffre de cette "différence" et lutte férocement contre sa nature en essayant sans succès de rentrer dans le moule, d'avoir vraiment l'air d'"un mec, un vrai"
Il retranscrit très bien son ressenti, sa souffrance, son désir d'être "comme les autres" alors qu'il n'ont pourtant rien d'enviable.
Ce qui m'a le plus surpris et choqué - je dois dire - c'est la description du milieu dans lequel évolue Eddy Bellegueule, on a le sentiment d'être à des années lumières de l'aube du XXIe siècle, la misère qui y est décrite est quasiment incroyable, on pourrait même croire à une forme d'exagération. Et pourtant, la misère de la misère, ça existe. Même en France.
Eddy Bellegueule, dans ce décor, est un intrus, une anomalie. Il est au-dessus du lot et s'en sortir ne sera pas une sinécure, d'autant plus qu'il essaye de toutes ses forces de ressembler à tout le monde.

Le style de l'écriture est incisif, certains passages sont assez crus, assez choquants et pourtant cette lecture est fluide et rapide.

En finir avec Eddy Bellegueule est un coup de coeur.


Lecture "coup de tête" hors challenge.
Lecture "CBL" de Cleophis

1 commentaire:

  1. Merci pour ta participation! C'est un livre qui me fait de l'oeil depuis un bon moment.

    RépondreSupprimer