samedi 2 janvier 2016

[Sorties] Mes envies de la semaine

L'année commence super mal...
Ce n'est pas moins de 6 livres qui me font terriblement de l'oeil et qui sortent la semaine prochaine...

 
Lorsqu’en 2000 Paul, célèbre peintre français, débarque aux Kerkennah en Tunisie, l’archipel est un petit paradis pour qui cherche paix et beauté. L’artiste s’installe dans « la maison de la mer », noue une forte amitié avec la famille de Farhat le pêcheur, et particulièrement avec Issam et Ahlam, ses enfants incroyablement doués pour la musique et la peinture. Peut-être pourront-ils, à eux trois, réaliser le rêve de Paul : une œuvre unique et totale où s’enlaceraient tous les arts.

Mais dix ans passent et le tumulte du monde arrive jusqu’à l’île. Ben Ali est chassé. L’islamisme gagne du terrain. L’affrontement entre la beauté de l’art et le fanatisme religieux peut commencer.








 
Cette semaine-là, de fortes chutes de neige exigèrent la fermeture du lycée où je travaillais comme ‘pion’, mais le maintien exceptionnel de l’internat permit l’hébergement de la poignée d’élèves bloqués sur place. Par ma proximité avec le lieu de travail, je fus le seul disponible pour assurer les nuitées. La semaine se présentait alors avec un calme insolent : encadrer sept adolescents occupés à compter les flocons au sein d’un établissement vidé de son âme.
Sauf que nous n'étions pas seuls !
Au début, j’expliquais aux élèves effrayés que le vent et le froid étaient à l’origine des souffles et des craquements. Jusqu’à ce que leur fréquence nous accule à l’évidence : quelque chose sans aucun lien avec la météo avait infiltré le dortoir ! Alors que je pensais avoir trouvé le calme dans la campagne du Centre France, après mon départ de la Côte d’Azur pour la petite ville de Saint-Amand-Montrond, j’allais découvrir un énigmatique Berry, qu’au XIXe siècle Chateaubriand avait décrit comme une contrée " où se passaient des choses étranges " ! »

 
Une femme vient déclarer à la gendarmerie la disparition de son mari. Pourtant elle sait où il se trouve, et qu’il ne reviendra plus. Bientôt elle reçoit des lettres promettant des explications, annonçant des révélations. Le connaît-elle vraiment, cet homme dont elle partage la vie depuis un tiers de siècle ? Un roman aussi palpitant qu’envoûtant, qui déplie les secrets sur lesquels les fragiles destins humains se bâtissent.

 
Un job en or, un homme idéal, un avenir resplendissant… Lanie pense qu’elle a une belle vie, presque parfaite. Jusqu’au jour où elle retrouve une liste rédigée quand elle était enfant : la liste de ses envies, des choses qu’elle voulait absolument vivre. Bientôt trentenaire, Lanie se souvient qu’elle a eu des rêves et qu’elle a été une personne amusante… autrefois. Et quand elle frôle la mort à cause d’une tranche de citron dans un verre de Martini, elle se rend compte que la vie est trop courte pour avoir, un jour, des regrets. Lanie prend donc une décision : sa liste d’envies à la main, elle va réaliser un à un tous ses rêves d’enfant. Même si cela veut dire qu’elle doit laisser tomber sa vie soi-disant « parfaite »… En réalisant ses rêves d’enfant elle commence à vivre, enfin.

 
À Mou di en Chine, la politique de l'enfant unique a fait des ravages. Alors qui s’inquiéterait de la disparition d'une nouvelle fillette ?
Quand Lina accepte de mener dans le village une enquête discrète pour le compte d'une ONG, le piège se referme sur la jeune française.
Mené de main de maître par Julie Ewa, ce suspense formidablement documenté nous conduit au cœur d'une Chine cynique et corrompue où la vie d'une petite fille ne vaut que parce qu'elle peut rapporter.

 
Avant, on était définis par des étiquettes: le sportif, l'intello, la salope, le glandeur.
Mais ensuite, tout a changé.
La fin du monde a été annoncée.
Un astéroïde arrivait dans deux mois. Il avait deux chances sur trois de faire exploser la Terre.
Il ne restait que deux mois.
Deux mois pour renoncer aux étiquettes.
Deux mois pour réaliser ses rêves.
Deux mois pour s'aimer, pour être libres, pour être heureux.
Deux mois pour vivre.
Pour vivre vraiment.








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire