mercredi 18 mars 2015

[Chronique] Appelez la sage-femme de Jennifer Worth

Infos livre






Titre : Appelez la sage-femme

Auteur : Jennifer Worth

Année de parution : 2011

Genre : Témoignage, historique

Thèmes traités : suivi médical des grossesses, situation des familles des tenements dans les années 50 à Londres






Résumé

Jeune infirmière, Jennifer Worth décide, dans les années 50, de parfaire sa formation de sage-femme auprès des sœurs d’un couvent anglican qui soignent les pauvres des quartiers des docks de l’East-End. Appelez la sage-femme est le récit de cet apprentissage, sa rencontre avec ces sœurs, toutes plus extraordinaires les unes que les autres, alors qu’elle-même ne croit pas en Dieu. C’est aussi une formidable description de ces quartiers déshérités du Londres d’après-guerre, de la misère, mais aussi de l’espoir et de la solidarité. Jennifer Worth y trace de magnifiques portraits des femmes qu’elle accouche, récits toujours émouvants, parfois teintés d’humour ou de tragédie. Un témoignage bouleversant d’humanité.

Mon avis
  • L'histoire
Passionnée par tout ce qui évoque la périnatalité, ce témoignage d'une sage femme à une époque pas si éloignée que ça ne pouvait que me plaire. Ce roman est surtout une succession d'expériences, de souvenirs, d'anecdotes. Il n'y a pas vraiment de fil rouge mais chaque histoire est évoquée avec talent, on a toujours envie d'en savoir plus sur ces femmes, ces familles.... 
  • Les personnages
Plusieurs personnages gravitent autour de Jennifer, mais elle fait la part belle aux soeurs. Elle les respectent profondément, de part leurs compétences mais aussi leur dévotion. Elle nous les montre humaines avec des défauts qu'on imagine difficilement sur des personnes d'Eglise.
Les autres personnages évoqués sont les autres stagiaires (notamment Chummy), ainsi que son ami de longue date Jimmy.
Et bien sûr, certaines des femmes qu'elles accouchent sont particulièrement présentes, on sent que ces femmes ont été importantes pour Jennifer Worth. 
  • Les descriptions, l'environnement
Londres, dans les tenements des années 50, c'est juste horrible. Les descriptions sont vraiment super bien rendues. On sent le smog, on imagine les gamins jouer dans la rue, on voit les kilomètres de cordes à linge. Jennifer Worth a su décrire avec minutie sans tomber dans la description rébarbative. Décrire cet environnement est indispensable pour prendre toute la mesure des conditions de vie de l'époque.
  • Le style d'ériture
La plume est assez agréable sans être exceptionnelle et j'ai trouvé des inégalités dans la qualité du style selon les chapitres
  • Ce que j'ai le plus aimé
La famille Warren et l'incroyable histoire du 25e bébé du couple. je n'en dis pas plus mais c'est vraiment un témoignage qui m'a beaucoup plus et qui fait réfléchir sur la puissance de l'amour maternel face à toutes les technologies possibles.
Une autre histoire m'a particulièrement touchée : l'histoire de Mme Jenkins. Une histoire horrible, dramatique, une accumulation de pas-de-chance qui ont fait sombrer cette femme dans la folie douce. Me dire qu'elle a vraiment existé et vraiment vécu tout ça me retourne les tripes.
  • Ce que je n'ai pas apprécié
Certains passages pour lesquels j'ai moins accroché (par exemple, les souvenirs avec Jimmy....)
  • Ma note finale
4,5/5

Mais encore
  • A qui le conseiller ? 
Pour toutes celles et ceux qui aiment les témoignages, l'univers de la naissance, l'histoire de l'Angleterre du milieu du XXe siècle.
  • A savoir
"Appelez la sage-femme" a été adapté en série télévisée qui compte actuellement 4 saisons. Une 5e est programmé
"Appelez la sage-femme" est le premier tome des mémoires de Jennifer Worth qui en comptent 4.


5 commentaires:

  1. J'avais aimé la série alors je vais éviter de lire le livre ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je vais tenter la série, j'espère ne pas en être déçue du coup ;)

      Supprimer
  2. Moi aussi j'ai adoré, et l'histoire du Conchita avec son 25e bébé est tout simplement belle et insolite. Je crois que c'est ma préférée

    RépondreSupprimer