mercredi 25 février 2015

[Chronique] Les amants du spoutnik de Haruki Murakami

Infos livre





Titre : Les amants du Spoutnik

Auteur : Haruki Murakami

Année de parution : 2008

Genre : Contemporain

Thèmes traités : amour, triangle amoureux, disparition







Résumé
K. est amoureux de Sumire, mais celle-ci n’a que deux passions : la littérature et Miu, une mystérieuse femme mariée.
Au sein de ce triangle amoureux, chaque amant est un satellite autonome et triste, et gravite sur l'orbite de la solitude. Jusqu'au jour où Sumire disparaît...
Les Amants du Spoutnik bascule alors dans une atmosphère proprement fantastique où l’extrême concision de Murakami cisèle, de façon toujours plus profonde, le mystère insondable de l’amour.

Mon avis
J'ai découvert cet auteur avec "La ballade de l'impossible" que j'avais beaucoup aimé et je me suis donc lancée dans un autre titre pour confirmer mon plaisir à lire Murakami.
Dans les amants du Spoutnik, il y a un triangle amoureux : K. aime Sumire qui aime Miu et aucune de ces amours n'est réciproque.
Ce roman est poétique, onirique, musical avec toutes ces références, il nous propose une ambiance vraiment particulière, comme si on glissait dans un état d'esprit entre deux eaux, entre le rêve et la réalité. Pour ça Murakami a vraiment réussi son coup.
De nombreuses questions restent en suspens (notamment la disparition de Sumire), mais étrangement, ça n'est pas le plus important, je ne me suis pas sentie frustrée de ne pas savoir.
Ma petite déception réside dans le fait que j'ai trouvé énormément de ressemblances avec La ballade de l'impossible.
Les caractère de personnages me semblaient parfois copié collé. (K. m'a rappelé Watanabe)
La relation de Miu et Sumire m'a rappelé celle de Reiko et Naoko
La disparition de Sumire fait écho au suicide de Naoko.
L'éloignement de Sumire qui part en Grèce avec Miu m'a rappelé Naoko qui s'éloigne dans un établissement spécialisé....
Même si j'ai apprécié la lecture, j'ai eu parfois l'impression de relire la même histoire...

Ma note: 3/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire