samedi 8 novembre 2014

[Chronique]Les monologues du vagin de Eve Ensler

Résumé :Depuis leur parution aux Etats-Unis en 1998, Les Monologues du vagin ont déclenché un véritable phénomène culturel : rarement pièce de théâtre aura été jouée tant de fois, en tant de lieux différents, devant des publics si différents... Mais que sont donc ces Monologues dans lesquels toutes les femmes se reconnaissent ? Il s'agit ni plus ni moins de la célébration touchante et drôle du dernier des tabous : celui de la sexualité féminine. Malicieux et impertinent, tendre et subtil, le chef-d'œuvre d'Eve Ensler donne la parole aux femmes, à leurs fantasmes et craintes les plus intimes. Qui lit ce texte ne regarde plus le corps d'une femme de la même manière.



Mon avis : J'avais très très hâte de lire cette pièce de théâtre, considérée comme un pilier du féminisme. Sensible a la cause je pensais grandement apprécier cette lecture. ce ne fut pas le cas. Pas du tout. Le texte est court, je l'ai donc lu très rapidement.

Il y a de nombreux messages importants qui sont passés dans cette pièce (le viol comme arme de guerre, l'excision des petits filles, etc etc....) et la façon "brute" dont ces passages sont décrits  sont chargés d'émotions.
Il y a d'autres passages que j'ai trouvé aussi inutiles que vulgaires comme cette prostituée qui ne prends que des clientes femmes et qui décrit les différentes façon de jouir des femmes. Aucun intérêt à mon sens. On frôle l'impudeur, le voyeurisme...

Les questions du genre "si votre vagin pouvait parler, que dirait-l ?" "s'il pouvait s'habiller, que porterait-il ?" m"ont surpris mais pas dans le bon sens du terme : j'ai trouvé ça un peu ridicule, même si j'imagine que certaines réponses en disent long sur la relation que les femmes ont avec leur vagin.


Je suis une femme, je suis touchée par la cause féministe. Mais je ne me suis retrouvée dans aucun de ces témoignages.

Quitte à lire un livre féministe, je conseillerai plus volontiers l'excellent "le choeur des femmes" de Martin Winckler

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire