mardi 7 octobre 2014

[Chronique}Chambre 2 de Julie Bonnie

Résumé :Une maternité. Chaque porte ouvre sur l'expérience singulière d'une femme tout juste accouchée. Sensible, vulnérable, Béatrice, qui travaille là, reçoit de plein fouet ces moments extrêmes.
Les chambres 2 et 4 ou encore 7 et 12 ravivent son passé de danseuse nue sillonnant les routes à la lumière des projecteurs et au son des violons. Ainsi réapparaissent Gabor, Paolo et d'autres encore, compagnons d'une vie à laquelle Béatrice a renoncé pour devenir normale. Jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus supporter la violence du quotidien de l'hôpital.Un hommage poignant au corps des femmes, et un regard impitoyable sur ce qu'on lui impose.



Avis  : J'ai lu ce livre dans le cadre de la lecture commune du CBL de Cleophis  Je m'attendais davantage à un témoignage d'une puéricultrice dans une maternité  avec ses hauts et ses bas, ses jolis moment et les moins jolis mais finalement, c'est surtout le témoignage d'une ancienne danseuse nue qui vivait sur les routes avec sa troupe et dont le métier actuel n'est qu'alimentaire ou presque. .  A la base, c'est un univers qui ne me plait pas du tout, du coup, je n'ai pas accroché au personnage et chaque flash back dans sa vie d'avant m'a profondément ennuyé.
Pour ce qui est de son métier actuel, j'ai apprécié l'un ou l'autre passagé qui m'ont semblé assez vrais, comme ces 2 là :

Elle réalise, là, sous mes yeux.C'est moi qui ai posé le bébé sur elle. Et elle rit et elle pleure. Je la vois tomber amoureuse.C'est comme si une nouvelle couleur venue de nulle part, comme si l'indigo de l'arc-en-ciel de mon enfance avait envahi toute la pièce.Son visage est indigo, le bébé est indigo, les murs de l'hôpital deviennent indigo, et petit à petit mes mains sont indigo, puis mes bras, mes cheveux.Une couleur nouvelle ruisselle sous mes yeux.Alors mes larmes indigo coulent d'un coup. Et je reste un peu à pleurer avec elle. J'assiste à la naissance d'une mère. C'est presque plus émouvant que la naissance d'un enfant.

L'allaitement, c'est naturel, le bébé sait faire, la mère aussi.Cela, qu'on se le dise, est faux.Une grande partie des femmes ne s'en sortent pas, et la détresse qui accompagne un allaitement qui ne s'épanouit pas décolore l'amour maternel lui-même."


Mais ça ne relève pas le niveau de cette étrange maternité qui ne donne pas du tout envie d'y accoucher....
Par ailleurs, on n'a pas le sentiment qu'elle aime vraiment son métier puisqu'elle passe son temps à regretter sa vie d'avant. La narratrice a vécu pas mal de drames dans sa vie et pourtant, je n'ai jamais eu de la compassion pour elle...
Je suis sûrement passé à côté du message qu'elle a voulu donner mais ce livre ne m'a pas emballé et je n'en conseillerai pas la lecture.

2 commentaires:

  1. C'est vrai que la façon dont elle parle de son nouveau métier ne donne pas envie! Je ne sais pas si c'est une retranscription de ce qu'elle ressent suite à sa carrière de musicienne sinon je trouve ça triste.

    RépondreSupprimer
  2. Je partage complètement ton avis et mon billet va dans le même sens.

    RépondreSupprimer