mercredi 22 octobre 2014

[Chronique] Les tribulations d'une caissière de Anna Sam

Résumé : Que voit-on du monde et des gens quand on les voit du point de vue d’une caissière de grande surface ? Que sait-elle de nous en voyant ce que nous achetons, ce que nous disons, les questions que nous posons ? Le passage en caisse est en réalité un moment très particulier. À tort, nous pensons que tout est neutre dans cette opération et nous ne nous surveillons pas. La caissière est pour nous un regard aveugle, à la limite elle est elle-même une machine. Nous nous montrons donc comme nous sommes. Et lorsque la caissière s’appelle Anna Sam, qu’elle est titulaire d’une licence de lettres et qu’elle n’a pas les yeux dans la poche de sa blouse, elle saisit sur le vif nos petits mensonges, nos petites lâchetés, nos habitudes plus ou moins bizarres, et elle en fait un livre qui ne ressemble à aucun autre.



Mon avis : Livre très court, lu d'une traite. Anna Sam dépeint le quotidien des caissières, on plutôt des "hôtesses de caisse", ce qui est vachement plus sexy.
Evidemment, j'ai beaucoup ri mais j'ai été aussi parfois très consternée. Je me demandais si certains faits n'étaient pas exagérés un peu....(un peu comme dans "complètement dé-bor-dée" de Zoé Shepard ou j'avais du mal à imaginer de tels excès)
Finalement, ce qui m'a le plus choqué dans cette lecture c'est l'accueil du public. Les nombreuses personnes qui reconnaissaient prendre les caissières pour des robots, ne leur décrochant ni un regard, ni un sourire et pas même un bonjour. Savoir que ce livre a pu, au moins à petit échelle, changer un peu l'attitude des gens face aux cassières, c'est une bonne nouvelle !
Chouette lecture qui montre que oui, les caissière sont des êtres humains et nombreux sont ceux qui visiblement, l'avaient oublié...

2 commentaires:

  1. Je garde un bon souvenir de ce livre, elle a permis d'ouvrir les yeux sur son quotidien avec des passages qui m'ont bien fait rire.

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai lu il y a pas longtemps et j'ai bien aimé aussi !

    RépondreSupprimer