jeudi 4 septembre 2014

[Chronique]Nos étoiles contraires de John Green


Résumé : Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie







Mon avis : Nos étoiles contraires, c'est une histoire d'amour, belle et drôle. C'est aussi une histoire d'amitié. C'est l'histoire de familles touchées par le cancer.
Pour décrire ce livre, je dirais que je n'ai jamais autant ri sur une histoire aussi triste.
 - Hazel craint d'être une grenade qui, lorsqu'elle explosera, blessera tout le monde autour d'elle. J'ai trouvé l'image vraie. Quand quelqu'un souffre d'une maladie mortelle, il est une bombe à retardement pour tout son entourage
 - Augustus "gus" est beaucoup plus cool qu'Hazel, je ne sais pas s'il n'a pas peur de souffrir mais en tout cas, il n'a pas peur de s'engager dans une relation, même s'il la sait un durée déterminée...Il est frais, franc. Son petit truc : avoir une cigarette à la bouche sans jamais l'allumer. Une métaphore : il ne donne pas à la cigarette le pouvoir de le tuer tant qu'il ne l'allume pas.
 - Isaac est l'ami de Hazel et Gus. Il perdra la vue à cause de son cancer. Et finalement, malgré ça, c'est un ado normal qui pleure de chagrin et de colère quand sa petite copine le quitte et qui joue aux jeux video avec ses potes. La maladie ne change presque rien aux priorité de cet ado.
L'humour est ce qui m'a le plus plu dans leur relations. Un exemple qui m'a marqué :


« - J’espère seulement, a-t-elle ajouté en se tournant vers Gus, qu’ils deviendront des jeunes gens aussi réfléchis et intelligents que toi.
J’ai résisté à l’envie d’avoir un haut-le-cœur sonore.
- Il n’est pas aussi intelligent que ça, ai-je dit à Julie.
- Hazel a raison. C’est juste que la plupart des mecs canon sont stupides. Par conséquent, je me situe au-delà des espérances.
- Oui, il est avant tout sexy, ai-je déclaré.
- C’en est parfois aveuglant, a-t-il renchéri.
- D’ailleurs, Isaac, un de nos copains, est devenu aveugle à cause de ça.
- Quelle tragédie ! Mais comment puis-je m’empêcher d’être mortellement beau ?
- Tu ne peux pas.
- Ah, c’est un fardeau d’avoir un visage sublime.
- Sans parler de ton corps.
- Ne me lancez pas sur le sujet de mon corps parfait. Il faut éviter de me voir nu, Dave. Hazel Grace m’a vu nu et ça lui a coupé le souffle, a-t-il dit avec un petit signe de tête en direction de ma bombonne d’oxygène. »
 
Les parents de tout ce petit monde est relativement peu présent même s'il est évoqué. Et lorsque la maman d'Hazel est constamment sur le dos de sa fille, je ne peux que la comprendre. Et ce fut un véritable crève coeur lorsque vers la fin, elle à cette conversation sur ce que deviendront ses parents après sa mort. Elle commence ainsi :
– Hazel, tu dînes. Il faut que tu restes en bonne santé !
– NON ! ai-je crié. Je ne dîne pas et je ne peux pas rester en bonne santé parce que je ne suis pas en bonne santé. Je suis en train de mourir, Maman. Je vais mourir et je te laisserai seule sans personne sur qui veiller et tu ne seras plus jamais une maman, et j’en suis désolée, mais je ne peux rien y faire, OK ?
Alors là, c'est parti mon kiki, en tant que maman, j'ai sangloté comme une malheureuse (et c'était loin d'être la première fois)


Cette lecture a été à la fois difficile, de par le sujet traité mais aussi facile car elle est pleine d'amour (qu'il soit maternel, amical, charnel....). Et la fin....rholala, cette fin....Les 100 dernières pages ne sont que larmes.

Un livre que je conseille plus que vivement.


Il s'agissait là de la 2e lecture de l'été pour le CBL de Cleophis





1 commentaire: