mercredi 6 août 2014

[Chronique] Uglies de Scott Westerfeld

Résumé : Tally aura bientôt 16 ans. Comme toutes les filles de son âge, elle s'apprête à subir l'opération chirurgicale de passage pour quitter le monde des Uglies et intégrer la caste des Pretties. Dans ce futur paradis promis par les Autorités, Tally n'aura plus qu'une préoccupation, s'amuser... Mais la veille de son anniversaire, Tally se fait une nouvelle amie qui l'entraîne dans le monde des rebelles. Là-bas, elle découvre que la beauté parfaite et le bonheur absolu cachent plus qu'un secret d'État : une manipulation. Que va-t-elle choisir? Devenir rebelle et rester laide à vie, ou succomber à la perfection?



Mon avis : Uglies reprend les ingrédients des dystopies à succès : une ado entre 15 et 17 ans sera le grain de sable dans la mécanique de son univers. Il touche à un sujet d'actualité : la beauté, ce qu'on pense qu'elle apporte, ce qu'on pense qu'elle permet.

Dans le monde d'Uglies, tout le monde est beau. Et tout le monde est heureux. Les Pretties ne manquent jamais de rien, ont une santé de fer, peuvent obtenir tout ce qu'ils souhaitent. Il n'y a donc aucune raison - apparente - de vouloir s'en prendre au système qui, soyons honnêtes, en surface, peut faire rêver.
C'est donc dans cet environnement là que Tally rencontre Shay, bien résolue à quitter le quartier des Uglies pour rejoindre la "Fumée", village rebelle installé à l'extérieur de la ville. Tally ne souhaite qu'une chose, devenir belle et rejoindre "New Pretty Town".
Arrive enfin le jour de l'opération pour Tally mais elle en sera privée : Soit elle donne l'emplacement de La Fumée et trahit Shay (et tous les rebelles), soit on lui refuse l'Opération et donc l'accès à une vie de bonheur facile. Complexée jusqu'à la moelle des os, le choix est vite fait, elle décide d'aider les "Specials" à retrouver l'emplacement de la Fumée.

Uglies est clairement une critique sur la recherche de la beauté suprême, sur le désir qu'ont les jeunes (et les moins jeunes) aujourd'hui de ressembler à telle star. Il évoque notre monde actuel sous le terme des "Rouillés", il parle de l'anorexie de notre époque (s'affamer pour ressembler aux "pretties professionelles" que sont nos mannequins actuels) qui , bien évidemment, n'existe plus.

Uglies c'est aussi l'histoire de l'évolution de la mentalité de Tally, ce qui la pousse à trahir dans un premier temps, ce qui la fait hésiter puis renoncer dans un 2e temps. Evidemment, on découvre aussi que l'Opération n'est pas qu'une simple chirurgie esthétique et que d'autres choses bien moins glorieuses se cachent en dessous...

 Ce que j'ai aimé : l'univers, la débrouillardise du personnage de Tally, le voyage solitaire de Tally (alors qu'en général, les "road movies", c'est vraiment pas mon truc, surtout en solo), l'amour présent qui, utile à l'histoire, ne prend pas non plus une place exagérée.

Ce que j'ai moins aimé : le personnage de Shay, l'obsession de Tally à devenir "Pretty" (au début c'est vraiment très lourd les répétitions)


Je le conseille donc à toutes les personnes qui aiment les dystopies mais même à celles qui ne sont pas forcément fana de SF, le côté "futuriste" n'est pas ce qui ressort le plus dans cette histoire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire