samedi 9 août 2014

[Chronique] La voleuse de livres de Markus Zusak

Résumé : Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité. Liesel Meminger y est parvenue. Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s'est arrêtée. Est - ce son destin d'orpheline dans l'Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt inhabituel ou bien sa force extraordinaire face aux événements ? A moins que ce ne soit son secret... Celui qui l'a aidée à survivre. Celui qui a même inspiré à la Mort ce si joli surnom : la Voleuse de livres...



Mon avis : La voleuse de livres peut, de  prime abord surprendre car la narratrice n'est personne d'autre que la Mort elle-même et les "intermèdes" présents dans le récit peuvent parfois déstabiliser.

J'ai apprécié que, pour une fois, nous nous trouvions de l'autre côté de la barrière, nous ne sommes pas du côté des alliés, nous ne sommes pas du côté des juifs. "La voleuse de livres" raconte l'histoire d'une jeune allemande, Liesel, qui devait correspondre à la majorité dees jeunes allemandes de son époque : elle fait partie de la BDM (ligue des jeunes filles allemandes) et son meilleur ami, Rudy appartient aux jeunesses hitlériennes.
Les autres perssonnages sont tous très attachants.
Il y a Hans, le père adoptif de Liesel, un homme simple, avec un coeur en or. Il lui apprendra à lire.
Il y a Rosa, la mère adoptive de Liesel, qui ne sait pas parler sans accompagner ses propos d'un chapelet d'injures mais qui s'avère être juste, droite et très forte quand il s'agit de gérer les imprévus et les moments de crise.
Il y a Max, un juif que Hans et Rosa cachent chez eux. Il est le fils d'un ami  de Hans, mort pendant la Grande Guerre.
La plus grosse partie du livre raconte le quotidien de tout ce petit monde mais surtout celui de Liesel, sa passion pour la lecture qui la pousse à voler des livres.
Ce "vice" va la mener à une amitié assez particulière avec la femme du maire qui lui ouvrira les portes de sa bibliothèque privée. Liesel, sans le savoir, va être très bénéfique à cette femme endeuillée, elle va lui ouvrir les yeux sur l'importance de ne pas vivre dans le passé.
Son amour pour la lecture va aussi la mener à lire de nombreux livres à Max qui, en retour, lui écrira des histoires.
Elle sera aussi un élément catalyseur lors des raids aériens puisqu'elle fera la lecture pour toutes les personnes partageant le même abri, leur permettant de gérer leur peur et de passer le temps.
Cela la mènera à faire, de façon privée, la lecture à sa voisine qui est pourtant l'ennemie de Rosa. Mais une fois encore, la lecture de Liesel va entrainer la fin des hostilités entre les deux femmes.


Liesel n'est pas une voleuse de livres, elle est une conteuse, une faiseuse de miracles rien qu'en lisant. Elle apaise les angoisses, calme les rancoeurs, attenue les douleurs.
Elle est un vent de fraicheur pour toutes les personnes qu'elle a cotoyé dans un  quotidien très difficile.

Toutefois, la fin du livre nous rapelle que nous sommes en temps de guerre et elle n'épargnera pas grand monde....

J'ai aimé, j'ai adoré cette histoire. Nous n'avons jamais le sentiment que la lecture est un passe-temps solitaire, nous y découvrons tous ses bienfaits....

2 commentaires:

  1. J'ai entendu de jolies choses du roman et je suis assez curieuse de voir le film. Merci pour ton avis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis très curieuse de l'adaptation cinématographique :)

      Supprimer